27 oct. 2014

Les noirs de Soulages

Si je te demande de visualiser du noir, tu n'imagines qu'une seule teinte, ce n'est pas comme le bleu qui peut être ciel, marine, turquoise... Le noir il est noir, c'est l'obscurité totale. D'ailleurs ne dit on pas que le noir n'est pas une couleur? 


Soulages ne l'entend pas de cette oreille, et fait tomber toutes les idées reçues avec Outrenoir. Il t'invite à regarder ses toiles avec tes yeux et non avec ta vision du noir.
Et pourtant je suis allée au musée Soulages à la fin de l'été avec beaucoup d'à priori...
Des peintures noires? Mais elles représentent quoi? Je pensais ne pas être touchée par sa peinture, ne pas la comprendre.


Et puis tu tombes sur une de ses toiles immenses, réalisée au pinceau, brosse, lame... Il joue avec la texture, les superpositions. Il travaille avec la lumière.
Et c'est grâce à ce mélange qu'opère la magie.

Il n'existe plus une toile, mais des centaines de toiles : une toile qui change en fonction de la lumière, des reflets, qui n'est pas la même selon l'endroit d'où tu la regardes.

Il n'existe plus un noir mais des centaines de noir : mats, brillants, aucun ne se ressemble

Soulages parvient à transformer le noir en lumière .


Je ne réussirais pas  à travers mes photos à vous montrer l'attraction de la lumière sur ses oeuvres, mais si vous avez l'occasion de vous rendre au musée Soulages à Rodez saisissez-là, vous serez agréablement surpris.






 Extrait du site du musée Soulages 

« Un jour de janvier 1979, je peignais et la couleur noire avait envahi la toile. Cela me paraissait sans issue, sans espoir. Depuis des heures, je peinais, je déposais une sorte de pâte noire, je la retirais, j’en ajoutais encore et je la retirais. J’étais perdu dans un marécage, j’y pataugeais. Cela s’organisait par moments et aussitôt m’échappait… »  Du coup, le peintre quitte son atelier et part se reposer. C’est le lendemain matin en allumant la lumière qu’il se rend compte de l’effet de celle-ci sur la surface de la peinture. Il voit sa toile différemment. C’est l’invention du « noir-lumière » qui deviendra ensuite l’Outrenoir. Ce que l’on peut appeler une expérience de la physique de la lumière.







1 commentaire:

  1. Tu me donnes presque envie d'aller voir ça de plus près, pourtant j'ai du mal avec l'art contemporain ! Mais j'aime bien le noir ;)

    RépondreSupprimer